Lagos, Portugal – ( BUSINESS WIRE / AETOSWire) – L’Africa Finance Corporation (« AFC » ou « La Société »), le premier fournisseur de solutions d’infrastructure en Afrique, a le plaisir d’annoncer la signature d’un accord de développement (« Accord ») avec Brahms Oil Refineries Limited (« Brahms »), une entreprise diversifiée basée en Suisse qui fait partie du Groupe Brahms, possédant un solide réseau industriel et financier international ainsi qu’une excellente connaissance de l’Afrique subsaharienne, pour agir comme co-promoteur dans le développement et le financement ultérieurs d’un stockage de pétrole et un projet de raffinerie à Kamsar, en Guinée. Cela comprendra notamment un terminal de stockage de pétrole brut de 76,000 m3 un stockage de 114,200 m3 de produits pétroliers dérivés ; une infrastructure de transport auxiliaire et une usine de raffinage de pétrole modulaire de 12,000 barils par jour (le « Projet »).

A travers ce développement comun, l’AFC investira dans les principaux domaines d’activités du projet qui devraient rapprocher la société de son objectif d’atteindre la clôture financière au début de 2020.

Le projet permettra aussi à la Guinée d’atteindre ses objectifs économiques et de développement, qui sont gravement entravés par le manque de capacité de raffinage en Guinée. Une fois opérationnelle, l’usine disposera d’une capacité de raffinage équivalent à un tiers de sa demande en produits raffinés, réduisant ainsi la dépendance à l’égard d’importations de produits raffinés, améliorant la balance des paiements du pays, réduisant la demande pour les devises étrangères et la création directe et indirecte d’emplois. L’usine permettra également de stimuler le développement et la productivité dans d’autres secteurs, en particulier l’exploitation minière, qui représente aujourd’hui 15,3 % du PIB du pays1, et qui pourrait contribuer davantage si le pays possédait l’infrastructure nécessaire pour maximiser et renforcer ses ressources naturelles localement. Le projet est stratégiquement situé à Kamsar, qui est l’une des plus grandes régions minières du pays.

Afin de renforcer son impact sur la Guinée, l’AFC compte exécuter plusieurs projets dans le pays pour créer un écosystème intégré. Cela comprendrait, aux côtés de ce projet, une centrale solaire d’une capacité de production de 33 MW et d’autres projets miniers, qui compléteront l’investissement antérieur de l’AFC dans la mine de bauxite, Bel Air en Guinée, développée par Alufer Mining Ltd. (« Alufer).

« Nous sommes ravis de collaborer avec Brahms pour accélérer le développement de ce projet essentiel en Guinée, un État membre de l’AFC. L’usine de raffinage de Brahms aura sans doute un impact important sur le développement du pays », a déclaré Amadou Wadda, Directeur de Développement de Projets et Solutions Techniques à l’AFC.

De sa part, Daouda Fall, PDG de Brahms Oil Refineries Limited, a déclaré : « Cet accord avec l’AFC représente une étape importante et nous rapproche de notre objectif d’atteindre la clôture financière au début de 2020 et de démarrer la construction. Nous bénéficierons largement de l’expérience que possède l’AFC dans la mise en place et le financement de projets d’infrastructure. »

 Suivez-nous sur Twitter – @africa_finance

 Avis aux rédacteurs en chef

 À propos de l’AFC – www.africafc.org

L’AFC, une institution financière multilatérale de premier ordre, a été créée en 2007 avec une base de fonds propres de 1 milliard de dollars américains, dans le but de catalyser les investissements du secteur privé dans les infrastructures, à travers l’ensemble de l’Afrique. Avec un bilan actuel d’environ 4,5 milliards de dollars, l’AFC est la seconde institution financière multilatérale d’investissement du continent. Le service aux investisseurs de l’agence Moody lui a décerné la note A3/P2 (perspective stable). L’AFC a levé avec succès 650 millions de dollars US en 2019, 500 millions de dollars US en 2017 et 750 millions de dollars US en 2015 par émissions d’euro-obligations, au-delà de son programme mondial d’effets à moyen terme (MTN) des 3 milliards de dollars US approuvés par le conseil d’administration. Les deux émissions d’euro-obligations ont été sursouscrites et ont attiré des investisseurs d’Asie, d’Europe et des États-Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
24 − 17 =